De l’égalité professionnelle à l’intrapreneuriat

Performance By The Talents au sujet de l’égalité professionnelle à l’intrapreneuriat
0

De l’égalité professionnelle à l’intrapreneuriat pour susciter votre créativité et favoriser votre engagement, en somme pour donner du sens.

#EgalitePro #audace #intrapreneuriat #engagement

Hier, nous partagions un article sur la reconversion professionnelle dans lequel une étude AEF précise que 90 % des français rêvent de reconversion professionnelle. Mais seuls, 28 % ont osé franchir le pas, avec une prédominance du nombre de cadres (33%) peut-être car le niveau de stress est plus élevé dans cette catégorie, car la perte de sens leur ouvre un champ des possibles plus larges, car leur niveau de rémunération leur permet plus d’alternatives. Lorsque le cap est franchi, à 77% il est mûrement réfléchi et pour 55 % il est destiné à redonner du sens à son activité professionnelle en accord avec ses propres valeurs. Pour 63 % des personnes concernées, elles ont changé de métier et pour 40 % de secteur d’activité. Mais, seuls 14 % sont séduits par l’entrepreneuriat.

Mais alors, pourquoi seuls 28 % franchissent le pas ? Le changement est toujours une démarche complexe en France qui plus est avec un accompagnement jugé insuffisant. A contrario, seuls 10 % considèrent que leur niveau de compétences constitue un frein.

Mais, la récompense repose sur l’épanouissement puisque 69 % des personnes ayant franchi le cap se considèrent majoritairement épanouis avec pour 16 % une meilleure gestion vie professionnelle et personnelle. Et ce n’est pas pour l’aspect financier, car seuls 5 % ont une rémunération supérieure.

Avant de vous plonger dans cet article, nous tenons à vous faire une confidence, nous avons terminé de rédiger cet article le 9 octobre 2017, mais nous ne l’avons pas posté immédiatement, car nous avons toujours un temps de recul et d’ajustement après la rédaction.

4 jours plus tard, retentissait l’affaire Weinstein : la peur laissait place aux révélations, le silence aux paroles, les non-dits aux mots … et aux maux.

Aujourd’hui, nous avons décidé de le sortir des archives mais aussi de l’étendre à une problématique plus large à savoir : le changement de voie professionnelle, la reconversion interne ou externe, l’intrapreneuriat voire l’intrapreneuriat.

Cela résonne en nous car il s’agit de harcèlement, qui plus est sexuel, et qui constitue, comme le harcèlement moral et toutes les autres violences et les autres Risques Psychosociaux, une atteinte à la dignité humaine qu’il convient de condamner fortement. Bien en amont, il faut surtout prévenir dans l’environnement professionnel, tel que nous le préconisons et le conseillons dans nos démarches de management préventif et bienveillant, à travers une réelle QVT (Qualité de Vie au Travail) et le respect des principes de Sécurité et Santé au Travail.

Lorsque l’on parle de ce sujet, cela fait aussi écho à l’égalité des femmes et des hommes que nous soutenons et portons.

Pourquoi un homme, en l’occurrence le fondateur de Performance By The Talents, se ferait le porte-voix d’égalité professionnelle et d’intrapreneuriat ou encore d’entrepreneuriat au féminin comme au masculin ?

Parce que le filtre de lecture a trop de clichés et de stéréotypes, parce qu’il faut fonctionner par case avec tous les à priori, et même en poussant beaucoup plus loin, parce que l’égalité professionnelle ne serait être uniquement liée à l’émanation d’un mouvement féministe, alors qu’il est aussi constitutif des fondements civiques.

Certains ont la vocation et même la passion de redonner les lettres de noblesse à l’humain, non pas au monde des bisounours, mais au monde professionnel et de l’entrepreneuriat pour « donner du sens à la stratégie humaine » dans les entreprises et les organisations.

Un des sens repose justement sur l’égalité professionnelle. Performance By The Talents, start-up fondée par un audacieux au masculin avec le partenariat de partenaires audacieuses au féminin, s’efforce de porter ces valeurs comme d’autres valeurs humaines, pour intégrer un management innovant et collaboratif et un management bienveillant et préventif, mais aussi pour fiabiliser la détection de talents dans la culture-fit de l’organisation et restaurer l’attractivité des entreprises et leur e-reputation avec authenticité pour considérer des talents tels des intrapreneurs ou entrepreneurs.

Alors parlons-en !

Les codes vestimentaires changent comme les codes intrapreneur(e)s ou entrepreneur(e)s et il faut parfois y voir une corrélation.

Pourquoi ? Ce n’est pas le vêtement qui fait le moine, mais plutôt le fond, le contenu ou la beauté intérieure qui se dégage parfois dans le look authentique. Car, ce ne sont pas non plus les mots qui doivent être retenus ou jugés, mais seuls les actes comptent (isn’it Winston Churchill). Il est primordial, néanmoins, qu’il existe justement une cohérence et une harmonie entre les deux, entre les mots et les actes, comme entre la forme et le fond, au-delà des clichés vestimentaires.

Justement, en parlant de congruence, il existe une relation de cause à effet entre les évolutions intérieures et extérieures à être soi, à trouver sa voie et à donner du sens à sa vie. Cette voie est aussi révélatrice de la libération des énergies intérieures lorsque l’évolution professionnelle rime avec tournant professionnel vers l’entrepreneuriat.

L’égalité professionnelle en question

Outre, les inégalités encore présentes malgré les dispositifs légiférant pour l’égalité des femmes et des hommes, des freins demeurent (le fondateur Franck Derouet a rédigé un post sur les réseaux sociaux au sujet des inégalités de salaires qui s’élèveraient encore à 15,8 % ou sur le soutien de la journée du 3 novembre concernant ces inégalités).

Non seulement, ces freins se trouvent dans les promotions à des postes clés de managers ou encore de leadership (selon une enquête @hays auprès des salariés en France, 68% des sondés ont un homme comme supérieur et pour 87% des sondés, le poste du HighTopManagement est occupé par un homme), mais également dans les impacts sur la carrière professionnelle issus, notamment, des contraintes liées au congé maternité, à l’allaitement (Cf. post diffusé par le fondateur sur le droit à l’allaitement pendant les heures de travail), car effectivement les femmes ne sont pas des wonderwomen contrairement à ce que certains pourraient croire.

Au-delà, de ces inégalités reconnues, les femmes et les hommes ressentent aussi le même souffle parfois de souffrance (stress, burn-out) d’ennui (bore-out) ou de décalage culturel dans le mode de management et de valeurs (brown-out), et ainsi la soif et le goût de s’émanciper autrement, de faire soi-même à force d’entendre dire non à des idées, à des modes de management, des stratégies, des visions et des projets trop novateurs.

Comme dit A. Einstein « Je suis reconnaissant envers ceux qui m’ont répondu « Non », grâce à eux, je l’ai fait moi-même. »

Les évolutions comportementales, contextuelles et sociétales face à la vie professionnelle :

Ainsi, il existe une cohérence logique dans l’évolution comportementale commune de l’homme et de la femme, pendant ces 10 dernières années, car il/elle est passé(e) de salarié(e) à collaborateur(rice), puis de collaborateur(rice) à intrapreneur(e) pour prendre en main leur job et leur carrière pour être entrepreneur(e) de leur formation dans un Deal Win/Win, et enfin d’intrapreneur(e) à entrepreneur(e) pour prendre en main leur VIE professionnelle (et leur VIE tout court car le pro prend beaucoup de place), en mettant le savoir-faire et le savoir-être aux services des autres entreprises. Comme dit @elenafourès « On ne réussit plus en s’adaptant à son job, mais en adaptant son job à soi ».

En qualité d’entrepreneur, le fondateur de Performance By The Talents connaît aussi cette problématique, et qui plus est en côtoyant des entrepreneur(e)s au masculin comme au féminin et en travaillant en partenariat avec des entrepreneures.

D’autant plus que la digitalisation des process constitue autant de mutations, qui atteignent, non seulement, le cœur de métier des entreprises, fragilisent leur Business Model, mais impactent sur leur organisation, leur management et les fonctions de chacun. Or, les adaptations induites ou les changements nécessaires ne sont pas toujours opérés dans le bon timing, selon la bonne méthode, ni dans la bonne direction stratégique.

Outre cet environnement, le mode de management axé sur les qualifications, les compétences et focalisé sur des KPIs, sur des objectifs de carrière et des objectifs individuels provoquent des postures et des paradigmes qui ne constituent plus des terrains favorables à la libération des énergies, à l’implication et à l’engagement des talents ni à leur épanouissement dans la durée mais au contraire des tensions …

Enfin, comme évoqué plus haut, les conséquences de ces contextes se traduisent également dans le climat et la culture de l’entreprise qui peuvent s’altérer, car un des rouages n’est pas suffisamment fluide ou connaît un dysfonctionnement, ou car des tensions apparaissent après des non-dits, et par effet de halo (boule de neige) se répandent et voient naître du stress et autres RPS provoquant la fuite de talents.

Ainsi, ces différents facteurs constituent autant de paramètres qui induisent des changements, car progressivement la perte de sens fait fuir les Talents et fragilisent certaines organisations pour en renforcer d’autres directement ou indirectement. Ces mutations s’opèrent au fil du temps pour les audacieux et audacieuses ou ceux et celles qui veulent passer à autre chose ou veulent passer du rêve à la réalité, ou veulent être enfin eux-mêmes ou elles-mêmes avec un but, qui donne du sens à leur vie.

Ces nouveaux entrepreneurs veulent aussi partager et transmettre ce sens, comme à Performance By The Talents où nous vous accompagnons avec valeurs et professionnalisme pour donner du sens à votre stratégie humaine.

L’égalité professionnelle face à l’entrepreneuriat

Justement, en évoquant ci-dessus l’égalité des femmes et des hommes, il faut saluer des initiatives comme @FemmesBretagne  @bougetaboîtefdeb ou Fonds de garantie à l’initiative des femmes (FGIF) via @afecreation (agence France entreprendre) et @busnisseofeminin qui font bouger les lignes et dans le bon sens, même si créer des structures spécifiques, en dépit d’une légitimité contextuelle et même culturelle symptomatique d’un système, peut paraître surprenant, car c’est tellement une évidence, mais sûrement nécessaire pour d’autres hommes pour qui ce n’est pas aussi évident, et malheureusement les faits récents sont criants de vérité.

Mais, comme dit @marlene.schiappa.gouv secrétaire d’état à l’égalité des femmes et des hommes (clin d’œil aussi à mon ancienne région dont elle est issue)  «Une femme qui réussit ne rend pas service à elle seule, mais aussi à toutes les femmes et à la société ».

Il existe en tout état de cause, au-delà d’un manque cruel de prise de conscience collective ou, en fait, d’une prise de conscience effectivement bancale dans les faits jusque dans les milieux politiques, un manque cruel de synergie fédérative des boosters, incubateurs, des organismes et autres forces en présence. Au-delà de cet état de faits qui mériterait un large exposé pour fluidifier et optimiser le parcours du (de la) « combattant(e)» créateur(rice) et accompagner les projets des créateurs(ices) de projet, car femme ou homme, il s’agit d’un chemin de croix, et compte tenu des stéréotypes et des paradigmes, encore plus, pour une femme. Il convient, néanmoins, de saluer des organismes comme @initiative-France comme @initiativenca avec qui des partenariats sont en cours en faveur des initiatives au féminin citées ci-dessus, ou par exemple @cci.nice.cote.dazur ou @bpifrance.

A cette occasion, il convient aussi de souligner des initiatives locales, en effectuant un clin d’œil à l’association @femmesdexpression06 créée en 2010 regroupant des femmes d’origines professionnelles et sociales variées qui tendent la main aux femmes en boostant financièrement leurs initiatives talentueuses.

L’engagement professionnel : la clé de fidélisation de vos talents

Au-delà de cette démarche entrepreuriale, il y a toujours des évolutions ou des changements à opérer pour un bien-être au travail et de facto, dans la vie, afin d’être soi et trouver sa voie.

Alors, avant de voir partir vos Talents pour tenter l’aventure intrapreneuriale pour cause de perte de sens ou de déphasage ou de voir fuir vos Talents, fidélisez vos Talents par des projets intrapreneuriaux, des projets transdisciplinaires (transversales et pluridisciplinaires), des projets qui ont du sens par un management collaboratif et bienveillant.

Il sera source d’engagement, de créativité, d’autonomie, de responsabilisation et d’épanouissement professionnel. (66% des projets intrapreneuriaux sont adoptés). L’intrapreneuriat constitue aussi un facteur d’attractivité des Talents.

VOUS AUSSI, que vous soyez collaborateur, manager, dirigeant, ou quel que soit le stade où vous en êtes, ou quelle que soit la situation dans laquelle vous vous trouvez, vous avez, en toute conscience de vous-même, les cartes en main pour basculer d’un statut à un autre ou d’une posture à une autre, de :

  • Salarié à acteur dans votre job,
  • L’autorité au leadership,
  • La hiérarchie à un management collaboratif et inclusif,
  • Le stress à une Qualité de Vie au Travail,
  • Le sacrifice à la vocation,
  • La simple reconnaissance ponctuelle ou éphémère à l’épanouissement dans votre job,
  • D’observateur à acteur de votre vie,
  • De penseur à créateur d’idées et de projets dans votre organisation,
  • De collaborateur à influenceur et à ambassadeur de la marque employeur,

… que ce soit au masculin comme au féminin … à défaut d’avoir effectué toutes les déclinaisons orthographiques.

Dans la continuité de nos propos, nous finirons par ce proverbe pour vous donner la positive attitude « Qui veut quelque chose trouve un moyen. Qui ne veut rien trouve une excuse. »

Performance By The Talents vous accompagne avec des clés et des leviers pour Donner du Sens à Votre Stratégie Humaine en attirant et fidélisant vos Talents.

 

© Performance By The Talents 2017 ®

 

Commenter l'article

LinkedIn
Facebook
Twitter