Qu’on en soit victime ou témoin : que faire en cas de harcèlement sexuel ?

Performance By The Talents sur le Harcèlement sexuel
0

Harcèlement sexuel

#RPS #harcèlementsexuel #prévention

Notre Vision

? Nous ne répèterons jamais assez car force est de constater que lorsque l’on évoque les sujets liés aux Risques Psychosociaux (RPS), nous nous heurtons à des tabous. Pourquoi ?

Tout d’abord, car ils sont liés aux relations humaines, à fortiori, ils mettent en cause une ou plusieurs personnes et nécessitent un arbitrage en toute objectivité et impartialité. Ce sont sur ces aspects qu’il est parfois délicat de mettre en cause une ou plusieurs personnes, dont la position est le résultat d’une décision de la direction qui, du fait de cette situation, pourrait être désavouée par ricochet.

En cela, la victime est submergée de scrupules à dénoncer une situation, car envahie d’une honte ou d’une perte de confiance, le silence constitue ainsi un refuge.

Enfin, car trop souvent, la victime est considérée comme coupable, non seulement par les auteurs, coupables et responsables, mais également par les autres, qui par réaction de protection, vont s’en détacher et s’en éloigner. Ce détachement provient soit d’une peur de représailles en cas de solidarité aux victimes, soit d’un égoïsme, ou soit d’une incrédulité de la victime, ou soit de la méconnaissance ou de la stupéfaction, classant cette situation comme impensable ou inimaginable.

Pourtant, quel que soit le type de RPS, et en l’occurrence le harcèlement sexuel, l’organisation a l’obligation de sécurité et de prévention à l’égard des salariés. Cette obligation implique la mise en place tant en interne qu’en externe des moyens de prévenir et de détecter toute source de RPS afin de les enrayer.

En interne, l’écoute, la confidentialité et l’impartialité constituent les qualités requises d’une structure interne.

Quant à l’externe, même si ces structures n’ont pas toujours un recul suffisant avec une connaissance de l’organisation, ce détachement permet aussi aux victimes de s’exprimer auprès de structures indépendantes et impartiales avec un détachement nécessaire et cette préoccupation liée à la santé mentale, physique et psychique.

© Performance By the Talents 2017 ®

 

L’Article

Le 17 octobre 2017 by Célia Héron at Le Temps

On l’a dit et répété, le harcèlement sexuel est l’affaire de tous. Mais rares sont ceux qui savent quelles démarches entreprendre pour le dénoncer. Des spécialistes prodiguent leurs conseils.

Pour l’éradiquer, il faut nommer le problème. Qu’est-ce que le harcèlement sexuel au travail ? Un abus de pouvoir, que la loi fédérale définit comme « un comportement discriminatoire, importun, de caractère sexuel, ou tout autre comportement fondé sur l’appartenance sexuelle portant atteinte à la dignité de la personne ». Il peut s’agir de remarques sexistes, e-mails gênants, contacts physiques non désirés. Peu importe l’intention de l’auteur : c’est le ressenti de la victime qui importe. Il peut également prendre la forme de contacts sexuels sous la contrainte, d’agressions, de viols. Comment réagir ?

 

(…)

 

Si vous souhaitez lire la suite de l’article, consultez le site ci-dessous

https://www.letemps.ch/suisse/2017/10/16/quon-soit-victime-temoin-faire-cas-harcelement-sexuel

et Retrouvez leur dossier Harcèlement et agression sexuels : la loi du silence, https://www.letemps.ch/dossiers/harcelement-agression-sexuels-loi-silence

Commenter l'article

LinkedIn
Facebook
Twitter