Comment garder sous contrôle la réputation de sa marque by Olivier Cimelière at harvaard business Review France

Performance By The Talents sur la marque employeur
0

Comment garder sous contrôle la réputation de sa marque.

#Marque Employeur #Ereputation #EmployeeAdvocacy

Notre Vision

? OUI ! La marque Employeur est une véritable boule de flipper. Au-delà de la rime, il convient d’être agile et audacieux pour la guider et la contrôler, car elle est la proie de tous les dangers et le moindre écart peut être catastrophique.
Vous pouvez la dynamiser pour développer votre business ou au contraire ne pas l’entretenir ou effectuer des écarts ou être victime de fake news.

Comme la digitalisation et l’afflux de canaux ont accéléré la diffusion et la propagation d’informations, deux alternatives peuvent se présenter. Soit les gains de visibilité et de notoriété boosteront vos performances dans les mêmes proportions, voire un peu au-delà, avec l’effet de recommandation, soit la dégradation de votre E-reputation pourra occasionner des pertes beaucoup plus exponentielles sur votre activité.

Ce qui est vrai sur un plan commercial l’est tout aussi dans les autres domaines.  Au-delà de vos clients, votre visibilité est accessible par vos cibles, vos fournisseurs, vos partenaires techniques, commerciaux et financiers, vos confrères ou vos concurrents (à chacun sa vision), les institutionnels, et surtout par vos futurs Talents.

Ainsi, selon RégionsJob 83% des candidats font des recherches avant de postuler et 63 % des répondants ont abandonné l’idée de postuler.
Alors que selon Weber Shandwik, 75 % des cadres affirment que la réputation d’un dirigeant a une influence (de modérée à très forte sur la réputation de l’entreprise, seulement 20 % d’entre eux ont engagé des budgets pour se pencher sur le sujet de la réputation de sa marque.
Et selon Sopra HR, seuls 1/3 des décideurs de RH considèrent le digital comme un moyen pour développer l’expérience collaborateur.

La prise de conscience des relations de cause à effet et du danger est factuelle. A contrario, les chantiers de réflexion sur le sujet et de démarche pour concevoir, corriger ou consolider la marque employeur et au sens large l’e-réputation de la marque sont dans les tuyaux. Mais, it’s a long way, pourtant les enjeux stratégiques sont substantiels.

A Performance By The Talents, qui a vocation à Donner du Sens à la Stratégie Humaine, prend toute la mesure des risques encourus par votre marque et vous accompagne pour la dynamiser en toute authenticité dans un souci d’attractivité et de pérennité.
Avec une méthodologie propre, non seulement nous diagnostiquons l’impact existant de votre communication digitale selon vos canaux, votre politique éditoriale et vos contenus, tant en termes de visibilité, d’audience, de notoriété et de tonalité, et la mesure des ROI (Return On Investment, retour sur investissement).

Pour rendre votre E-réputation plus cohérente à votre Stratégie et notamment Humaine, nous vous accompagnons dans votre communication digitale tant sur votre site que dans les médias sociaux. Cette démarche a pour but de positionner votre marque employeur et la dynamiser en s’appuyant sur une approche “Employee Advocacy” qui au travers des Talents Ambassadeurs véhicule avec authenticité et transparence la culture de l’organisation pour renforcer l’E-réputation de la marque employeur.

Au-delà de la mesure de l’existant et l’élaboration d’une stratégie de communication digitale cohérente, plusieurs conditions doivent être réunies, notamment, la volonté de la Direction, l’authenticité de la stratégie et l’implication volontaire des Talents.

© Performance By The Talents 2017 ®

L’article

Le 23 Novembre 2017 by Olivier Cimelière at Harvard Business Review France

Si la problématique de la réputation n’est pas née avec Internet et les médias sociaux, tout ce qui préside à sa genèse et à sa diffusion a volé en éclats à mesure que Web social, connexion quotidienne et conversation digitale se sont mis à irriguer nos vies et nos actions.

« Votre marque est ce que les gens disent de vous lorsque vous n’êtes pas dans la pièce », disait Jeff Bezos. L’emblématique patron d’Amazon met le doigt sur le cœur du problème : la gestion de sa réputation n’est plus l’apanage de son titulaire. Que vous le vouliez ou non, vos clients, vos salariés, vos concurrents, vos détracteurs, vos alliés et vos fournisseurs parlent de vous. Ils l’ont toujours fait, mais aujourd’hui la chambre d’écho où ils s’expriment est devenue vaste, virale en un clin d’œil et traçable pour toujours dans les entrailles des moteurs de recherche. Là où l’on pouvait auparavant miser sur l’oubli, le temps qui passe ou encore le contrôle étroit de sa réputation, l’écosystème de votre réputation est aujourd’hui devenu instable et aléatoire.

Une réputation à la loupe de Google

La réputation a toujours été systématiquement conçue et appréhendée sous un prisme unilatéral par les dirigeants et les organisations : la construction par soi-même d’une image la plus positive, valorisante et persuasive possible pour s’attirer préférence, soutien et confiance de ses publics (citoyens, consommateurs, salariés, clients, régulateurs, médias, etc). La réputation devait être constituée de ce qu’on voulait projeter en matière de perception plus que de ce qu’on était intrinsèquement ou faisait réellement. Il suffisait d’affirmer, de marteler, de faire rêver et de maintenir dans l’ombre les points critiques pour s’assurer globalement une bonne réputation ou a minima correcte.

Cette culture communicante est désormais en voie d’extinction. Tous ses mécanismes se grippent avec l’immixtion des médias sociaux. La réputation est désormais de moins en moins fondée sur ce que vous décrétez être. Au contraire, elle obéit de plus en plus au célèbre axiome édicté par le journaliste américain spécialiste d’Internet, Chris Anderson : « Votre marque n’est pas ce que vous en dites, mais ce que Google en dit ! ».

Google fait en effet remonter à la surface l’immense gargouillis conversationnel de milliers d’acteurs en réseaux et reflète alors implacablement leur perception des entreprises, des marques et des dirigeants ainsi que les questions qu’ils se posent à leur propos. Il peut alors arriver que l’on vous prête des intentions, des faits ou des caractéristiques qui ne sont pas les vôtres mais qui s’imposent comme des réalités à force d’être répétées et démultipliées dans tous les recoins du Web. De la même manière, il est fréquent de côtoyer ses adversaires sur Google. Tapez par exemple Monsanto dans le moteur de recherche. Si la très controversée entreprise américaine sort effectivement en première position de la requête, l’ONG Combat Monsanto la talonne en quatrième position, juste après un article de presse retraçant cinquante ans de polémiques.

Une empreinte digitale qui colle aux basques

(…)

Si vous souhaitez lire la suite de l’article, consultez le site ci-dessous

 

Source : https://www.hbrfrance.fr/chroniques-experts/2017/11/15165-garder-contrôle-reputation-de-marque

Commenter l'article

LinkedIn
Facebook
Twitter