Santé au travail : comment faire face à la montée des troubles psychosociaux ?

Performance By The Talents sur les troubles Psychosociaux selon emploi et environnemlent
0

Santé au travail : comment faire face à la montée des troubles psychosociaux ?

#TPS #RPS #SST #QVT

Notre Vision

? Performance By The Talents s’est penché sur la dernière étude « Santé Travail : enjeux & actions » du 16 janvier dernier émise par la Direction des Risques Professionnels (DRP) de la Cnam qui apporte de nouveaux enseignements sur les troubles psychosociaux (TPS) liés aux Risques Psychosociaux (RPS) comme les troubles de la concentration, du sommeil, de l’appétit (anorexie ou boulimie) et de la digestion, l’irritabilité et la nervosité, les maladies psychosomatiques, les troubles anxio-dépressifs, la fatigue, les troubles d’attention, de concentration et de mémorisation, la chute ou la forte augmentation de la tension artérielle, les troubles et maladies cardio-vasculaires, les impacts ostéopathiques sur les articulations avec également des troubles musculo-squelettiques (TMS), les effets sur les organismes (par exemple : ulcères, kystes, effets dermatologiques). 

Des troubles psychosociaux en progression, une prise en charge apparente émergente et un état des lieux pourtant alarmant

En 2016, 10 000 affections psychiques ont été reconnues comme des accidents du travail (soit 1,6 % des AT avec arrêt), dans ce cas le travail constitue une cause « déterminante ou essentielle ». Ces chiffres sont en progression dans un contexte de baisse globale de la sinistralité au travail. Après un taux de progression de 10% jusqu’en 2014, 5% en 2015, ce taux atteint 1% en 2016. Ainsi, 596 cas ont été déclarés en 2016 comme Maladies Professionnelles (MP) soit 7 fois plus qu’en 2011.

Les affections psychiques atteignent plus les femmes (60%) plus le secteur de la santé et médico-social qui concentrent 20% des accidents psychiques comme nous l’évoquions dernièrement compte tenu de l’environnement psychologiques, des charges de travail et de l’absence d’assistance aux charges physiques qui pèsent aussi les tensions psychiques.

La prise en charge des coûts cumulés des AT et des MP s’élève à 230 M€ alors que le coût des TMS s’élève à 800 M€.

A ce titre, les TPS peuvent être reconnues comme maladie professionnelle en cas d’exposition prolongée, dont la prise en charge dépend du CRRMP (Comité Régional de Reconnaissance des Maladies Professionnelles) en fonction du lien de causalité « direct et essentiel » entre le trouble et l’activité professionnelle avec une incapacité prévisible d’au moins 25 %.

Mais, sommes-nous réellement dans la transparence lorsqu’il s’agit de RPS, à savoir le stress, les violences mentales et physiques, le harcèlement moral, le harcèlement sexuel, le burnout et pour les RPS non reconnus (Brown-out et Bore-out) eu égard aux éléments recueillis sur le terrain et aux déclarations avérées. D’autres données, sondées à la source et non issues d’éléments déclaratifs, ont tendance à nous nous prouver le contraire.

Selon une étude CEGOS réalisée en 2016, 64 % des managers et 55 % des salariés ressentaient un stress quotidien. Actuellement, 3,2 millions de français seraient considérées à risque d’épuisement professionnel et selon une étude de Parlons Travail réalisée avec la CFDT (du 20/09 au 31/12/2016) auprès de 200 000 salariés), il apparaît que :

  • 36 % des salariés ont déjà fait un burnout au cours de leur carrière,
  • 35 % des salariés estiment que leur travail nuit à leur santé,
  • 44 % des salariés ressentent souvent des douleurs physiques,
  • 34 % des salariés auraient des troubles du sommeil,
  • 51 % considèrent que leur charge de travail est excessive,
  • 74 % des répondants préféreraient plus d’autonomie,
  • 73 % souhaiteraient participer aux décisions en amont,
  • 79 % souhaiteraient un fonctionnement plus démocratique.

Les actions de la DRP et des organismes en matière de prévention

Depuis la DRP souhaite accroître la prévention des RPS avec le concours de l’INRS avec ses supports et le motus vivendi pour intégrer ces risques et leur prévention dans le Document unique d’Évaluation des Risques (DUER) et les contributions locales des ARACT, DIRECCTE.

Quant aux entreprises et aux organisations, Performance By The Talents ne cesse de le répéter, en dépit d’une prise de conscience, en dépit de l’évolution de comportements, en dépit d’une forte réglementation, en dépit d’une obligation pour l’employeur de prévenir les risques professionnels y compris les RPS, le chemin est encore long pour passer des mots aux actes.

Une prise de conscience dans les organisations mais des actions qui peinent à dépasser les aspects réglementaires

Lorsque celles-ci prennent la mesure des enjeux pour la santé des Talents, l’absentéisme et au contraire leur engagement dans une QVT, leur fidélisation, la notoriété de la marque employeur et le ROI (Return on Investment) des mesures de prévention et de Qualité de Vie au Travail sur la performance de l’entreprise, alors soufflera le changement.

Ces mêmes entreprises et organisations passeront du diagnostic et du poids des chiffres à l’action en déclinant une réelle politique de prévention, un management inclusif intégrant celle-ci et une réelle QVT au-delà des aspects réglementaires.

Dans cette démarche, les managers, au même titre d’un mode plus participatif, conscient et inspirant, doivent être plus bienveillant en intégrant cette prévention des risques professionnels, le respect de l’égalité Femmes et hommes, ou encore la lutte contre les discriminations comme à part entière dans leur mode de management.

Performance By The Talents disposent de consultants IPRP en matière de diagnostic, de prévention et de formation concernant les risques professionnels et particulièrement les RPS pour intégrer une réelle QVT au service de la performance humaine et financière.

Au-delà des mesures pour renforcer la prévention des risques, la protection des victimes et les encouragements pour déclarer les MP ou AT, des mesures d’accompagnement sont également envisagées pour accompagner les victimes dans un processus de retour à l’emploi pour éviter le black-listing, les stéréotypes et les clichés.

Une proposition de loi est également à l’étude pour créer un tableau de MP relatif aux TPS.

© Performance By The Talents 2017 ®

 

L’Article

Le 25 janvier 2018 by Emploi et environnement

Salariés et entreprises ont un même intérêt : travailler dans de bonnes conditions pour éviter les troubles psychosociaux. Les salariés savent se défendre désormais et les entreprises prennent conscience des enjeux.

De plus en plus de salariés déclarent souffrir d’affections psychiques liées au travail. Au-delà de leurs effets sur la santé des individus, les risques psychosociaux ont un impact sur le fonctionnement des entreprises : absentéisme, turnover, ambiance de travail… C’est ce que révèle un rapport de l’Assurance Maladie sur la santé au travail, paru à la mi-janvier.

Accédez à l’article complet de « Emploi et Environnement » sur leur site par le lien ci-dessous et vous découvrirez :

  • Troubles psychosociaux à la hausse dans les entreprises
  • Une source d’accidents du travail et de maladies professionnelles
  • La prévention des risques RPS s’organise
  • La solution : former les managers et innover socialement

(…)

Si vous souhaitez lire la suite de l’article, consultez le lien suivant http://bit.ly/ByPerfPrevRPS

Commenter l'article

LinkedIn
Facebook
Twitter